Page:Verne - La Maison à vapeur, Hetzel, 1902.djvu/369

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
359
le lac puturia

« Pas de résistance ! » dit Banks.

L’ingénieur avait raison. Nous ne pouvions rien, en ce moment, pour délivrer le colonel Munro. Mieux valait donc se réserver en vue des événements ultérieurs.

Un quart d’heure après, les Indous nous abandonnaient à leur tour, et se lançaient sur les traces de la première bande. Les suivre eût amené une catastrophe, sans profit pour le colonel Munro, et, cependant, nous allions tout tenter pour le rejoindre…

« Pas un pas de plus, » dit Banks.

On lui obéit.

En somme, c’était donc bien au colonel Munro, à lui seul, qu’en voulaient ces Indous, amenés par Kâlagani. Quelles étaient les intentions de ce traître ? Il ne pouvait agir pour son propre compte, évidemment. Mais alors à qui obéissait-il ?… Le nom de Nana Sahib se présenta à mon esprit !…

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

Ici s’arrête le manuscrit qui a été rédigé par Maucler. Le jeune Français ne devait plus rien voir des événements qui allaient précipiter le dénouement de ce drame. Mais ces événements ont été connus plus tard, et, réunis sous la forme d’un récit, ils complètent la relation de ce voyage à travers l’Inde septentrionale.


CHAPITRE XI

face à face


Les Thugs, de sanglante mémoire, dont l’Indoustan semble être délivré, ont laissé cependant des successeurs dignes d’eux. Ce sont les Dacoits, sortes de Thugs transformés. Les procédés d’exécution de ces malfaiteurs ont changé, le but des assassins n’est plus le même, mais le résultat est identique : c’est le meurtre prémédité, l’assassinat.

Il ne s’agit plus, sans doute, d’offrir une victime à la farouche Kâli, déesse de la mort. Si ces nouveaux fanatiques n’opèrent pas par strangulation, ils