Page:Verne - Le volcan d'or.pdf/33

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



II

OÙ SUMMY SKIM S’ENGAGE MALGRÉ LUI SUR LA VOIE DES AVENTURES.


Rentré chez lui, Summy Skim prit les dispositions que lui imposait la mort de Josias Lacoste. Il s’occupa des faire part à envoyer aux amis de la famille, du deuil qu’il fallait prendre, du service religieux qu’il convenait de commander à la paroisse.

Quant au règlement des affaires personnelles de son oncle, il y aurait lieu de s’en entretenir sérieusement avec Me Snubbin quand les deux cousins se seraient mis d’accord, et lorsque le notaire aurait reçu les renseignements demandés par dépêche lui permettant de dresser l’inventaire de la succession du défunt.

Ben Raddle ne rentra à Montréal que cinq jours plus tard, dans la matinée du 22 mars, après un mois de séjour à New York, où il avait étudié pour le compte d’un puissant syndicat le gigantesque projet de jeter un pont sur l’Hudson entre la Métropole et le New Jersey.

Ben Raddle s’était attelé de tout son cœur à ce travail de nature à passionner un ingénieur. Mais il ne semblait pas que la construction du pont dût être prochainement entreprise. Si on en parlait beaucoup dans les journaux, si on l’étudiait non moins sur le papier, une année sans doute, deux peut-être s’écouleraient avant le commencement effectif des travaux. Aussi Ben Raddle s’était-il décidé à revenir.

Son absence avait paru longue à Summy Skim. Combien il regrettait de ne pouvoir convertir son cousin à ses propres idées, de ne pouvoir lui faire aimer son existence sans soucis !