Page:Verne - Les Frères Kip (partie 1).djvu/27

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


par derrière la ruelle qui longeait la cour du fond.

On ne leur en laissa pas le temps. Toute la bande fut contre eux. Précisément Kyle et Sexton, Len Cannon et Bryce s’interposèrent. Il n’y eut à ne point figurer dans la bagarre qu’une demi-douzaine d’ivres-morts, étendus dans les coins, incapables de se tenir debout

Il suit de là que ni maître Balt ni Vin Mod ne purent quitter la salle.

« Il faut pourtant filer,... dit le premier. Il n’y a que des horions à recevoir ici...

- Qui sait ? répondit l’autre. Laissons faire... Peut-être y a-t-il profit à tirer de la bataille ! »

Et comme tous deux, s’ils voulaient en avoir le profit, ne désiraient pas en avoir les pertes, ils se tinrent à l’abri derrière le comptoir.

La lutte était engagée à l’arme blanche, si cette expression peut s’appliquer aux pieds et aux poings des combattants. Sans doute, les couteaux ne tarderaient pas à jouer, et ce ne serait pas la première fois - ni la dernière - que le sang coulerait dans la salle des Three-Magpies. Il semblait qu’Adam Fry et le garçon auraient dû être écrasés sous le nombre, et ils eussent été réduits à l’impuissance, si quelques-uns des clients ne se fussent