Page:Verne - Les Frères Kip (partie 1).djvu/315

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

309
incidents.

lointains roulements de foudre, l’horizon s’embrasa d’éclairs si ardents, si multipliés, que la mer, en les réverbérant, paraissait rouler des vagues de feu. Quand ils ne frappaient pas sa surface, ils s’échangeaient d’un nuage à l’autre sans discontinuité. Les éclats du tonnerre devinrent tels que l’oreille en était assourdie, comme les yeux étaient éblouis par les fulgurantes décharges électriques.

Vers onze heures, l’orage atteignit sa plus haute intensité. La foudre atteignit plusieurs fois l’extrémité de la mâture, sans causer de dommage, et s’écoula par les fils des paratonnerres.

On pouvait être assuré maintenant que cet orage serait suivi d’un coup de vent d’une grande violence, et il fallait être prêt à le recevoir.

Actuellement, il n’y aurait point à risquer de s’affaler vers une côte, comme l’avait dit Flig Balt. Bien au contraire, et, à moins de courir vers l’archipel des Salomon, le brick ne trouverait aucun obstacle dans l’est.

MM. Hawkins, Flig Balt, Karl Kip, groupés devant le rouf, ne pouvaient se méprendre sur l’imminence de la tempête, et l’armateur dit :

« L’ouragan va tomber à bord…

— Cela est certain, répondit Flig Balt, et, cette fois, il ne s’agit pas d’un de ces grains