Page:Verne - Un capitaine de quinze ans, Hetzel, 1878.djvu/66

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
56
un capitaine de quinze ans.

« Ah ! tu veux avoir cette baleine, mon garçon ? » (Page 54.)

offerts, était impossible. En effet, la manœuvre d’une pirogue de pêche exige des marins très particulièrement exercés. Un faux coup de barre ou un faux coup d’aviron suffiraient à compromettre le salut de la baleinière pendant l’attaque. D’autre part, le capitaine Hull ne voulait pas quitter son navire, sans y laisser au moins un homme de l’équipage en qui il eût confiance. Il fallait prévoir toutes les éventualités.

Or, le capitaine Hull, obligé de choisir des marins solides pour armer la baleinière, devait forcement s’en remettre à Dick Sand du soin de garder le Pilgrim.