Page:Verne - Un capitaine de quinze ans, Hetzel, 1878.djvu/83

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
73
la jubarte.

Elle battit formidablement les eaux troublées. (Page 71.)

Un terrible coup de queue du monstre venait de frapper la baleinière par-dessous.

L’embarcation, projetée dans l’air avec une violence irrésistible, retomba brisée en trois morceaux au milieu des lames furieusement entrechoquées par les bonds de la baleine.

Les infortunés matelots, quoique grièvement blessés, auraient peut-être eu la force de se maintenir encore, soit en nageant, soit en s’accrochant à quelque débris flottant.

C’est même ce que fit le capitaine Hull, que l’on vit un instant hisser le maître d’équipage sur une épave…