Page:Verne - Voyages et aventures du capitaine Hatteras.djvu/102

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




CHAPITRE XIII. — LES PROJETS D’HATTERAS.


L’apparition de ce hardi personnage fut diversement appréciée par l’équipage ; les uns se rallièrent complètement à lui, par amour de l’argent ou par audace ; d’autres prirent leur parti de l’aventure, qui se réservèrent le droit de protester plus tard ; d’ailleurs, résister à un pareil homme paraissait difficile actuellement. Chacun revint donc à son poste. Le 20 mai était un dimanche, et fut jour de repos pour l’équipage.

Un conseil d’officiers se tint chez le capitaine ; il se composa d’Hatteras, de Shandon, de Wall, de Johnson et du docteur.

« Messieurs, dit le capitaine de cette voix à la fois douce et impérieuse qui le caractérisait, vous connaissez mon projet d’aller jusqu’au pôle ; je désire connaître votre opinion sur cette entreprise. Qu’en pensez-vous, Shandon ?

— Je n’ai pas à penser, capitaine, répondit froidement Shandon, mais à obéir. »

Hatteras ne s’étonna pas de la réponse.

« Richard Shandon, reprit-il non moins froidement, je vous prie de vous expliquer sur nos chances de succès.

— Eh bien, capitaine, répondit Shandon, les faits répondent pour moi ; les tentatives de ce genre, ont échoué jusqu’ici ; je souhaite que nous soyons plus heureux.

— Nous le serons. Et vous, messieurs, qu’en pensez-vous ?

— Pour mon compte, répliqua le docteur, je crois votre dessein praticable, capitaine ; et comme il est évident que des navigateurs arriveront un jour ou l’autre à ce pôle boréal, je ne vois pas pourquoi ce ne serait pas nous.

— Et il y a des raisons pour que ce soit nous, répondit Hatteras, car nos mesures sont prises en conséquence, et nous profiterons de l’expérience de nos devanciers. Et à ce propos, Shandon, recevez mes remerciements pour les soins que vous avez apportés à l’équipement du navire ; il y a bien quelques mauvaises têtes dans l’équipage, que je saurai mettre à la raison ; mais, en somme, je n’ai que des éloges à vous donner. »

Shandon s’inclina froidement. Sa position à bord du Forward, qu’il croyait commander, était fausse. Hatteras le comprit, et n’insista pas davantage.

— Quant à vous, messieurs, reprit-il en s’adressant à Wall et à Johnson, je ne