Page:Verne - Voyages et aventures du capitaine Hatteras.djvu/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
7
LES ANGLAIS AU POLE NORD


— Il te l’a dit, Johnson ?

— Non-seulement il m’a dit la chose, mais il m’a montré le capitaine.

— Il te l’a montré ! répliqua Cornhill stupéfait.

— Il me l’a montré.

— Et tu l’as vu ?

— Vu de mes propres yeux.

— Et qui est-ce ?

— C’est un chien.

— Un chien à quatre pattes?

— Oui ! »

'The English at the Noth Pole' by Riou and Montaut 005.jpg

La stupéfaction fut grande parmi les marins du Nautilus. En toute autre circonstance, ils eussent éclaté de rire. Un chien capitaine d’un brick de cent soixante-dix tonneaux ! il y avait là de quoi étouffer ! Mais, ma foi, le Forward était un bâtiment si extraordinaire, qu’il fallait y regarder à deux fois avant de rire, avant de nier. D’ailleurs, maître Cornhill lui-même ne riait pas.

« Et c’est Johnson qui t’a montré ce capitaine d’un genre si nouveau, ce chien ? reprit-il en s’adressant au jeune matelot. Et tu l’as vu ?

— Comme je vous vois, sauf votre respect !

— Eh bien, qu’en pensez-vous ? demandèrent les matelots à maître Cornhill.