Page:Verne - Voyages et aventures du capitaine Hatteras.djvu/44

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
34
AVENTURES DU CAPITAINE HATTERAS

mal de mer, c’est qu’il ne voulut pas l’avoir, car rien n’était plus facile. À midi, le cap Malinhead disparaissait dans le sud ; ce fut la dernière terre d’Europe que ces hardis marins dussent apercevoir, et plus d’un la regarda longtemps, qui sans doute ne devait jamais la revoir.

'The English at the Noth Pole' by Riou and Montaut 024.jpg

La latitude par observation était alors de 55°57’, et la longitude, d’après les chronomètres 7°40'[1].L’ouragan se calma vers les neuf heures du soir ; le Forward, bon voilier, maintint sa route au nord-ouest. On put juger pendant cette journée de ses qualités marines ; suivant la remarque des connaisseurs de Liverpool, c’était avant tout un navire à voiles.

'The English at the Noth Pole' by Riou and Montaut 025.jpg

Pendant les jours suivants, le Forward gagna rapidement dans le nord-ouest ; le vent passa dans le sud, et la mer fut prise d’une grosse houle ; le brick naviguait alors sous pleine voilure. Quelques pétrels et des puffins vinrent voltiger au-dessus de la dunette ; le docteur tua fort adroitement l’un de ces derniers, qui tomba heureusement à bord.

  1. Au méridien de Greenwich.