Page:Viard - Grandes chroniques de France - Tome 4.djvu/163

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

voiast aucuns de ses plus nobles homes pour traitier d’amor et de concorde entre iaus II.


XXI.
De la requeste Judith l’empereriz ; coment Lothaires ne pot venir à son pere pour sa maladie ; des chastoiemenz que il li mande pour les gries que il fesoit à sainte Eglise ; des messages l’Apostoile que Lothaire retint ; de la mort des barons Lothaire et comment li empereres manda ses fiuz au parlement et d’autres choses.

L’empereriz Judith, qui bien veoit que li empereres afebleoit et envieillissoit plus et plus, se douta moult et s’apensa que se il avenoit que il morust en tel point, que ele et Challes ses fiuz seroient en peril, se il ne fesoient tant vers l’un de ses freres que il fust de leur acort. De ce se conseilla aus princes et au conseil l’empereor, et il li loerent que ce fust Lothaire, car il leur sembloit que ce fust li plus porfitables. A l’empereor prierent que il envoiast là message de pais et d’amor et que il le priast de ceste chose. Et li empereres, qui touz jors ama pais et concorde, non mie tant seulement de ses fiuz, mais des estranges et de ses anemis meismes qui aucune foiz avoient sa mort jurée, le fist volentiers.[1]Mais en ces entrefaites, vindrent à cort li messagier son fil Lothaire, desquiex Walles[2] fu li soverains. Li empereres leur toucha la

  1. Vita Hludowici imperatoris, chap. LV.
  2. Wala, abbé de Corbie, s’était alors retiré au monastère de Bobbio en Italie (Epitaphium Arsenii seu vita venerabilis Walæ abbatis Corbeiensis, dans Mabillon, Acta Sanctorum Ordinis