Page:Vidal - Le Jupon, 1888.djvu/8

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
8

À présent une chose le déroutait : la fille n’était rien moins que cupide à son égard. Ne s’avisait-elle pas de refuser son argent ? Pourquoi ?

— Je n’ai pas besoin du tien, fit-elle, farouchement.

Merci de la faveur ! Voulait-elle obliger Edmond ?

Elle balbutia de confuses tendresses. Lui, s’emporta. Non, vraiment, il avait encore assez de principes pour ne point accepter de semblables services !

Et sa voix devenant sifflante en disant qu’il ne pouvait exister de tels compromis, entre une fille de ses mœurs et un homme comme lui, elle se mit à sangloter.

Jules Vidal.




BIBLIOGRAPHIE




Jules Vidal, né à Nîmes (Gard), le 26 Février 1857.




1885. Un cœur fêlé, roman. — Paris, chez A. Savine.
1886. Blanches mains »— Paris, chez A. Savine.
1887. Sœur Philomène, théâtre (d’après le roman des Goncourt.) — Paris, chez L. Vanier.
1888. Le Jupon, roman. — Paris, chez V. Havard.


Directeur littéraire : ALBERT de NOCÉE, Bruxelles, rue Stévin, 69.

Librairie Nouvelle. Bruxelles. 2, boulevard Anspach. 2.
Librairie Universelle. Paris, 41, rue de Seine, 41.