Page:Vidocq - Les Voleurs - Tome 1.djvu/67

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

Vostre proye,
Et vous fera du tout brouer,
Pour joncher
Et enterver.
Qui est aux pignons bien cher
Pour rifller,
Et placquer,
Les angles du mal tous ronds
Pour les sises qui sont si longs.
De peur des hurmes
Et des grumes,
Rassurez vous en droguerie,
Et faeric.
Et ne soyez plus sur les joncz
Pour les sires qui sont si longs.

L’utilité de cet ouvrage-ci ne saurait être mise en doute ; destiné à devenir le vade mecum de tous les honnêtes gens qui voudront se mettre à l’abri de la ruse des fripons, il dévoile les ruses employées le plus souvent par les voleurs ; et si l’axiome qui dit qu’une ruse connue n’est plus dangereuse, je suis certain de n’avoir pas fait une œuvre sans mérite.