Page:Villiers de L'Isle-Adam - Contes cruels.djvu/205

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


FLEURS DE TÉNÈBRES


À Monsieur Léon Dierx.


« Bonnes gens, vous qui passez,
» Priez pour les trépassés. »

Inscription au bord d’un grand chemin.


Ô belles soirées ! Devant les étincelants cafés des boulevards, sur les terrasses des glaciers en renom, que de femmes en toilettes voyantes, que d’élégants « flâneurs » se prélassent !

Voici les petites vendeuses de fleurs qui circulent avec leurs corbeilles.

Les belles désœuvrées acceptent ces fleurs qui passent, toutes cueillies, mystérieuses…

— Mystérieuses ?

— Oui, s’il en fut !

Il existe, sachez-le, souriantes liseuses, il existe, à