Page:Villiers de L'Isle-Adam - L’Ève future, 1909.djvu/181

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



LIVRE QUATRIÈME


LE SECRET


I


Miss Evelyn Habal


Si le Diable vous tient par un cheveu priez ! ou la tête y passera.
Proverbes.


Il se recueillit un moment :

― J’avais, autrefois, dans la Louisiane, dit-il, un ami, M. Edward Anderson, ― un compagnon d’enfance. Ce jeune homme était doué d’un bon sens estimable, d’une physionomie sympathique et d’un cœur à l’épreuve. Six années lui avaient suffi pour s’affranchir, dignement, de la Pauvreté. Je fus témoin de ses joyeuses noces ; il épousait une femme qu’il aimait depuis longtemps.

Deux années se passèrent. Ses affaires s’embellissaient. Dans le monde du négoce on l’estimait comme un cerveau des mieux équilibrés et un homme actif. C’était un inventeur aussi : son