Page:Villiers de L'Isle-Adam - Tribulat Bonhomet, 1908.djvu/134

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


maine, je jugeai prudent de laisser, comme on dit, passer l’orage — et même de me régler de mon mieux sur le stoïcisme exemplaire de sa conduite.

En conséquence, je songeai vivement qu’il était à propos de donner du jeu à l’héroïque appareil de muscles masséters et crotaphytes, dont la Nature, en mère prévoyante, m’a départi la propriété. L’instant d’après, nos deux paires de mâchoires, se sentant dans le vrai, luttaient, sans bruit, de rapidité, d’adresse et de vigueur, et joignaient la ruse au discernement.

Claire, tout à coup, au milieu du silence intelligent qui régnait sur nos fronts éperdus, se plaignit de la trop vive lumière des candélabres.

Ce fut donc aux discrètes lueurs de la lampe que Césaire, s’estimant repu, se renversa, classique, sur le dossier de son fau-