Page:Villiers de L’Isle-Adam - Axël, 1890.djvu/294

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



§ 2. — L’option suprême



Axël, grave et impénétrable

À quoi bon les réaliser ?… ils sont si beaux !


Sara, surprise un peu — se retourne vers lui en le regardant

Mon bien-aimé, que veux-tu dire ?


Axël, toujours tranquille et grave

Laisse tomber ces draperies, Sara : j’ai assez vu le soleil. Un silence.


Sara, anxieuse, à elle-même et l’observant encore

Pâle, — et les yeux fixés à terre, — il médite quelque projet.


Axël, à demi-voix, pensif, et comme à lui-même

Sans doute, un dieu me jalouse en cet instant, moi qui peux mourir.


Sara

Axël, Axël, m’oublies-tu déjà, pour des pensées divines ?… Viens, voici la terre ! viens vivre !