Page:Villiers de L’Isle-Adam - Axël, 1890.djvu/83

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


repas ; je crois même qu’il y prend goût — et m’en réjouis !


Gotthold, relevant la tête

Bon Miklaus, tu devrais connaître un peu mieux le jeune maître.


Hartwig

Lui, sobre jusqu’à jeûner des jours entiers !


Gotthold

Lui, qui se prive de toutes les joies de son âge ! qui use ses meilleures années à veiller, là, dans la tour, — et tant de nuits ! — sous les lampes d’étude, penché sur de vieux manuscrits, en compagnie du docteur !


Hartwig, à Miklaus

Ne comprends-tu pas que c’est seulement par courtoisie qu’il porte des santés ? Le châtelain doit faire honneur à son hôte et lui fait raison.


Miklaus

Là, là ! — Tout ce qu’il vous plaira… Moi, je vous dis qu’il prend de la distraction depuis ces huit grands jours. — Tenez, ces parties de chasse avec le commandeur…