Page:Viollet-le-Duc, Histoire d une maison, 1873.djvu/42

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

le papier les plans horizontaux, et qu’en traçant ces plans, ils ne voient pas leur bâtisse s’élever en idée. Réfléchissez un peu, examinez bien ces figures, et tâchez, par la pensée, de leur donner, en élévation, une apparence quelconque avant de vous servir du crayon… Prenez votre temps. J’ai une lettre à écrire, quelques comptes à mettre en ordre ; pendant ce temps-là, tâchez de me donner l’élévation d’une des faces de la maison, de celle de l’entrée par exemple, côté nord, et nous raisonnerons sur ce projet. Je ne vous recommande qu’une chose, c’est de ne rien mettre sur le papier sans avoir réfléchi, au préalable, sur la convenance, l’utilité de ce que vous projetterez.

« Allons, courage ; et n’oubliez pas l’échelle de proportions ! »

M. Paul était fort embarrassé, et trouvait la besogne bien difficile. Les idées qui lui étaient venues abondamment lors de son premier projet lui refusaient leur service. Cependant, au bout d’une bonne heure et demie il présentait à son cousin un croquis.

« Cela pourrait être plus mauvais, dit le grand cousin. Vous avez donné 4 mèt. 50 de hauteur au rez-de-chaussée entre planchers, c’est bien ce que nous avions dit ; mais pourquoi la même hauteur au premier étage ? Les pièces sont plus petites, on est mieux aéré ; donc il n’est pas besoin de donner à cet étage une hauteur pareille, et 4 mètres suffiraient largement. Puis, pourquoi des fenêtres rondes à rez-de-chaussée ? Les fenêtres rondes sont difficiles à garnir de châssis, et cela s’arrange mal avec les fermetures, volets, jalousies ou persiennes. Bon ! vos fenêtres de l’escalier principal ne ressautent pas et seraient coupées au milieu par l’emmarchement, ce qui empêcherait de les ouvrir et ferait que d’un coup de pied on pourrait casser un carreau. Puis votre cage d’escalier ne s’élève pas au-dessus de la corniche et ne pourrait permettre d’entrer dans l’étage sous comble.