Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/230

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
[chœur]
— 227 —

occupe le rond-point. « Le chœur des clercs, dit Guillaume Durand[1], est l’endroit où ils se réunissent pour chanter en commun, » et il ajoute : « où la multitude du peuple est rassemblée pour assister aux saints mystères, » ce qui rend sa définition assez vague ; à moins de supposer (ce qui est possible) qu’il entendait par chœur, non-seulement l’espace réservé aux clercs, mais aussi les bas-côtés de l’abside dans lesquels se rangeaient les fidèles[2]. Toutefois il est nécessaire ici de faire connaître ce qu’étaient les chœurs des églises, soit conventuelles, soit paroissiales ou cathédrales, aux différentes époques du moyen âge.

Les dispositions qui aujourd’hui nous semblent les plus faciles à retrouver sont celles des chœurs des églises monastiques, parce qu’elles ont, jusqu’à la fin du siècle dernier, subi moins d’altérations que celles des autres églises. Toutes les abbayes possédaient des corps saints, des reliques vénérées qui étaient déposées soit dans une crypte sous le sanctuaire, soit dans le sanctuaire lui-même, ainsi que cela avait lieu à Saint-Denis en France. Ce sanctuaire, qui, comme nous venons de le dire, commençait à partir de l’ouverture orientale de la croisée, était souvent élevé de quelques marches au-dessus du sol des transsepts. Les fidèles n’étaient admis dans l’intérieur du sanctuaire qu’à certaines fêtes, à l’occasion de cérémonies extraordinaires. Le chœur des religieux, placé dans la croisée et les dernières travées de la nef, était clos par un jubé vers l’entrée, et des boiseries, grilles ou murs latéraux s’étendant jusqu’au sanctuaire. L’assistance des fidèles dans les églises monastiques n’était qu’accessoire, et les religieux enfermés dans le chœur, n’étaient pas et ne devaient pas être vus de la nef, les fidèles entendaient leurs chants, voyaient les clercs montés sur le jubé pour lire l’épître et l’évangile, et ne pouvaient apercevoir l’autel qu’au travers de la porte du jubé, lorsque le voile était tiré. Dans les monastères des XIe et XIIe siècles, les religieux étaient très-nombreux et leurs églises faites pour eux ; les fidèles se rendaient aux paroisses et dans les nombreuses chapelles qui entouraient les couvents pour assister au service divin. Il y avait toujours alors dans ces monastères un concours nombreux d’étrangers, de pèlerins, de réfugiés, auxquels la nef de l’église était réservée, qui y passaient une grande partie de leur temps et y demeuraient même parfois jour et nuit. Il devenait alors nécessaire de clore le chœur des religieux. Ce programme ne convenait pas aux paroisses, encore moins aux cathédrales.

Les cathédrales (voy. ce mot), lorsqu’elles furent presque toutes rebâties en France, à la fin du XIe le siècle, avaient à la fois un caractère religieux et civil ; et là, sauf l’autel qui était entouré de ses voiles, rien n’obstruait la vue. En les construisant sur de vastes plans, les évêques avaient voulu, au contraire, offrir aux habitants des grandes cités,

  1. Rational, lib. I, cap. 1.
  2. « Sacerdos et Levita ante altare communicent, in choro Clerus, extra chorum populus. » Concil. Toletan. IV, cap. XVIII.