Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/382

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
[clocher]
— 379 —

délicat, une étude sérieuse des effets. Ce clocher de Saint-Germain d’Auxerre dut servir de type à beaucoup d’autres élevés dans les environs vers la fin du XIIe siècle. À Vermanton, il existe encore un charmant clocher qui date des premières années du XIIIe siècle, bâti suivant les mêmes données, mais beaucoup plus élégant ; déjà les pinacles sont ajourés, les archivoltes des baies portent sur des colonnettes. La flèche en pierre de ce clocher n’existe plus depuis longtemps. La base du clocher de Vermanton n’est pas pleine, comme celle du clocher de Saint-Jean, mais forme vestibule en avant du collatéral de l’église.

Dans la même ville, à Auxerre, il existe encore un autre clocher, bâti quelques années après celui de Saint-Jean (vers 1160), mais qui cependant appartient plus franchement à l’école bourguignonne. C’est le petit clocher de l’église de Saint-Eusèbe. Nous en donnons (69) l’élévation géométrale et en A la coupe. Ce clocher était autrefois placé près du chœur du côté nord et portait de fond ; son plan est un carré parfait. Aujourd’hui, il se trouve engagé dans le collatéral d’un chœur du XVIe siècle, à l’extrémité d’une nef de la fin du XIIe siècle. Au-dessus du rez-de-chaussée, percé d’une seule petite fenêtre, s’élève une jolie arcature aveugle formée de pilastres et de colonnettes prismatiques, avec arcs en tiers-points dentelés. Cette arcature sert de soubassement au beffroi, très-heureusement ajouré. À l’intérieur, du niveau de la voûte du rez-de-chaussée à la base de la flèche, les parements s’élèvent verticalement sans ressauts ni saillies ; en B, on aperçoit seulement des corbeaux, sur lesquels s’appuyait probablement le plancher supérieur en bois. Quatre trompillons portent le dernier étage octogone qui devait recevoir une flèche en pierre refaite au XVe siècle. On remarquera ici que l’étage supérieur est sur plan octogonal irrégulier, ayant quatre grandes faces et quatre plus petites sur les trompillons. On retrouve encore, au sommet de la tour, la corniche composée de petites arcatures que nous voyons à la Charité-sur-Loire, au clocher de Saint-Jean d’Auxerre et dans les clochers rhénans.

Le clocher de Saint-Eusèbe est admirablement construit, et ses points d’appui, la disposition des étages, les détails, profils et sculptures, indiquent la main d’un architecte habile et d’un homme de goût. Il est regrettable que la flèche de ce clocher ait été détruite, car il serait intéressant de savoir comment l’auteur de ce clocher avait planté une pyramide sur un octogone irrégulier : était-elle irrégulière elle-même, ou l’architecte avait-il racheté les différences des faces par quelque arrangement particulier ? Ce dernier système nous semble présenter plus de vraisemblance.

Nous devons avouer à nos lecteurs qu’il règne une grande incertitude sur la forme et les dimensions données aux flèches des clochers pendant le XIIe siècle, car la plupart des clochers de cette époque ont été couronnés par des constructions plus récentes. Nous avons vu que, dans l’Ouest, l’une des deux écoles de ces contrées bâtissait, au XIe siècle, des flèches en