Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 7.djvu/423

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
[porte]
— 420 —

qui prétendait faire dériver cette architecture gothique des croisades. Les croisades ont eu sur l’art du moyen âge, au commencement du XIIe siècle, une influence incontestable, rapide, parfaitement appréciable, lorsque l’on compare les monuments gréco-romains de Syrie avec ceux élevés en France dans les provinces du Midi, du Centre et de l’Ouest. Mais l’architecture gothique, celle que l’école laïque du Nord élève vers la fin du XIIe siècle, est au contraire la réaction la plus manifeste contre cette influence venue d’Orient. Soit qu’on envisage l’architecture gothique au point de vue de la structure, du système des proportions ou des ordonnances, de l’emploi des matériaux, du tracé des profils, de la disposition des plans, de l’ornementation et de la statuaire, elle se sépare entièrement des principes rapportés d’Orient par les derniers architectes romans. Mais il est si facile d’admettre des jugements tout faits et de les accepter sans contrôle, que nous entendrons répéter longtemps encore que l’architecture gothique a été rapportée en France par les croisés qui ont suivi Louis le Jeune en Palestine, bien qu’il soit démontré aujourd’hui que les restes d’architecture rappelant les formes gothiques, et existant en Palestine, sont dus précisément aux croisés devenus maîtres de Jérusalem. Le petit nombre de Français qui revinrent en Occident après l’expédition de Louis le Jeune avaient certes bien autre chose à penser qu’à rapporter des formules architectoniques. Pour qu’un art, à de si grandes distances, passe d’un peuple chez un autre, il faut que des établissements permanents aient pu se constituer, que des relations se forment, que le commerce prenne un cours régulier. Ce ne sont pas des soldats qui rapportent un art dans leur bagage, surtout s’ils ont tout perdu en chemin. La principauté d’Antioche, fortement établie dès la fin du XIe siècle en Syrie, au milieu d’une contrée couverte littéralement d’édifices encore intacts aujourd’hui, a pu servir de centre d’études pour les artistes occidentaux ; mais il est en vérité assez puéril de croire que les croisés des XIIe et XIIIe siècles, qui n’ont pu s’établir nulle part, et n’ont tenté que des expéditions malheureuses, aient rapporté en France un art aussi complet et aussi profondément logique que l’est l’architecture dite gothique.

Il nous reste à étudier les portes d’églises dues incontestablement à l’art français du commencement du XIIIe siècle, en dehors de toute influence étrangère. Déjà celles que nous avons données dans cet article, provenant des églises de Nesle, de Montréal, de Saint-Père, sont franchement gothiques, bien qu’elles se rattachent par quelques points aux traditions romanes, ou qu’elles présentent des singularités. Maintenant nous entrons dans le domaine royal, nous ouvrons le XIIIe siècle, et la marche de l’architecture est suivie sans déviations, aussi bien dans l’exécution de ces vastes portails de nos églises que dans les autres parties de ces édifices. Nous prendrons d’abord la porte de la façade occidentale de Notre-Dame de Paris, percée sur le collatéral nord, et qui est connue sous le nom de porte de la Vierge. La porte opposée à celle-ci,