Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 8.djvu/292

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


gerons du moyen âge avaient en outre acquis une grande habileté lorsqu’il s’agissait d’obtenir des soudures à chaud, que nous ne faisons que bien difficilement aujourd’hui. Il est vrai que les premiers procédés pour réduire le fer en barres étaient si nombreux, qu’ils donnaient au métal une qualité que ne sauraient atteindre nos moyens modernes. Nos fers passent de l’état de lopins de fonte à peine corroyée au martinet, à l’état de barres par le laminage au cylindre, sans opération intermédiaire, tandis qu’autrefois le fer n’arrivait que peu à peu, et par un corroyage répété, de l’état de lopin à celui de barreau ou de plaque. Ce fer, sans cesse battu, acquérait une ténacité et en même temps une souplesse qu’il ne saurait avoir par les moyens employés aujourd’hui ; plus serré par le battage, plus concret, plus ductile, moins criblé de parties de fonte, il ne se brûlait pas si facilement au feu, et se soudait plus aisément au rouge blanc, sans pour cela devenir cassant. Mais ces qualités du fer corroyé à bras d’homme reconnues, il n’en faut pas moins signaler l’adresse rare avec laquelle les forgerons du moyen âge savaient souder les pièces compliquées qui demandaient un grand nombre de passages au feu, sans les brûler. Ils employaient d’ailleurs le charbon de bois, soit pour obtenir la fonte, soit pour convertir les gueuses en lopins et en fer battu : le charbon de bois laisse au fer des qualités de souplesse et de ductilité que lui retire en partie la houille. Il en est de la fabrication du fer appliquée aux travaux d’art comme de beaucoup d’autres ; ce que l’on gagne du côté de l’industrie, de la rapidité, de la puissance et de l’économie des moyens, on le perd du côté de l’art. En perfectionnant les procédés mécaniques, l’homme néglige peu à peu cet outil supérieur à tout autre qu’on appelle la main. Cependant on éprouvait des difficultés insurmontables lorsqu’il s’agissait de façonner de grandes pièces de forge à l’aide des bras, et la grande serrurerie de bâtiment ne commence à naître qu’au moment où les puissances de la mécanique purent être sérieusement employées. Ainsi, le mettait-on en œuvre dans les édifices, soit pour des chaînages, soit pour des armatures, que des pièces de forge dont le poids n’excédait pas 200 kilogrammes, dont la plus grande longueur ne dépassait pas quatre mètres, et encore les pièces de cette force sont-elles fort rares avant le XVIIIe siècle. Nous avons fait voir ailleurs comment les chaînages étaient combinés pendant les XIIe, XIIIe, XIVe et XVe siècles (voyez Chaînage) dans les grandes constructions. Ils consistaient en une suite de crampons agrafés les uns aux autres ou scellés dans la pierre. Pour les charpentes de fer, il n’en était pas question, bien entendu ; et même dans les charpentes de bois, le fer n’était pas employé (voyez Charpente). À dater du XIIIe siècle, le fer, cependant, remplit un rôle très-important dans les constructions comme tirants, crampons, armatures de baies, mais toujours en petites parties. Les nœuds, les renflements des crampons, des traits de Jupiter, les œils et leurs goujons souvent répétés, formaient, dans les maçonneries, des poches de fer volumineuses qui, en s’oxydant, faisaient éclater les pierres et causaient de graves désordres.