Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 9.djvu/129

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
[tour]
— 126 —

On voit encore à Compiègne les restes d’une grosse tour du commencement du XIIe siècle) voisine de l’ancien pont sur lequel passa Jeanne Darc le jour où elle fut prise par les Anglais, et qui est un de ces ouvrages servant de réduit le long d’une enceinte. À Villeneuve-sur-Yonne il existe également, sur le front opposé à la rivière, une grosse tour cylindrique indépendante, qui servait de réduit et commandait la campagne. Cette tour appartient au XIIIe siècle. Le château de Carcassonne possède, sur le front qui fait face au dehors, du côté de la Barbacane et de l’Aude, deux tours sur plans quadrangulaires presque juxtaposées, qui tenaient lieu de donjon ; ces tours datent du XIIe siècle et furent encore surélevées à la fin du XIIIe (voyez Architecture Militaire, fig. 12 et 13). Le château (palais) des papes, à Avignon, ne possède pas, à proprement parler, de donjon, mais plusieurs tours-réduits qui commandent les dehors et la forteresse et qui datent du XIVe siècle. Il est donc nécessaire de distinguer, dans cet article, les tours-réduits tenant à des enceintes, des tours-réduits tenant à des châteaux et des tours tenant à des donjons. Nous nous occuperons d’abord des premières.

C’est encore à l’enceinte de la cité de Carcassonne qu’il faut recourir pour trouver les exemples les mieux caractérisés de ces tours, sortes de donjons appuyant un front. Le long de la première enceinte de cette cité, vers le sud-est, il existe une grosse tour cylindrique presque entièrement détachée de cette enceinte, et qui a nom, tour de la Vade ou du Papegay[1]. Elle est bâtie sur un saillant et en face de la partie la plus élevée du plateau qui, de ce côté, fait face aux remparts. Sa base est flanquée par un redan de la courtine et par la tour que nous avons donnée dans cet article[2]. Elle domine de beaucoup les alentours, est complétement fermée, et n’était commandée que par la tour qui, derrière elle, appartient à l’enceinte intérieure. Elle renferme cinq étages, dont trois sont voûtés. Son crénelage supérieur était, en cas de guerre, garni de hourds[3]. Le sol de l’étage inférieur est un peu au-dessus du niveau du fond du fossé. Cet étage inférieur possède un puits.

Nous donnons les plans des étages de cette tour figure 41.

L’étage A est à rez-de-chaussée pour le chemin militaire des lices L, entre les deux enceintes de la cité. Le chemin de ronde des courtines de l’enceinte extérieure est en c, le fossé en F. De la route militaire L, on monte sur le chemin de ronde par un degré d’une dizaine de marches d, puis on se trouve en face de l’unique porte de la tour e qui donne entrée dans la salle voûtée S. En prenant l’escalier f, on descend à l’étage inférieur B, également voûté. Cet escalier débouche en g′. Une trémie, établie de g′ en g, permet de monter, au moyen d’un treuil de l’eau ou des provisions au niveau du sol du rez-de-chaussée. Le puits

  1. Voyez Architecture Militaire, fig. 11. C’est la tour marquée O sur le plan.
  2. Tour de la Peyre, fig. 13, 14, 15, 16 et 17.
  3. Cet ouvrage dépend de l’enceinte bâtie sous le règne de saint Louis.