Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 9.djvu/256

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
[travée]
— 253 —

La belle disposition de la nef de la cathédrale de Bourges, avec son premier collatéral très-élevé, disposition qui ne se trouve guère répétée en France que dans le tour du chœur de la cathédrale du Mans[1], est évidemment inspirée des églises du Poitou. C’est un compromis entre les systèmes de construction des nefs de cette contrée et de l’Île-de-France. La nef centrale de la cathédrale de Bourges reçoit des jours dans sa partie haute, au-dessus des combles des bas côtés, ainsi que les nefs de nos églises de l’Île-de-France, ce qui n’a pas lieu dans la cathédrale de Poitiers ; mais le collatéral intérieur comprend, sous voûtes, une hauteur considérable, et n’est plus, comme à Notre-Dame de Paris, comme autour du chœur de Notre-Dame de Chartres, comme à Cologne, égal en hauteur au second collatéral.

Voici, en effet, une travée de la nef de la cathédrale de Poitiers, dont la construction, un peu antérieure à celle de la cathédrale de Bourges, conforme d’ailleurs aux traditions romanes du Poitou et de la Vendée, accuse l’importance du collatéral dans ces édifices[2]. Notre figure 8 suppose, en A, la coupe faite sur l’axe longitudinal du bas côté, et en B, sur l’axe de la nef centrale. Les voûtes des collatéraux, épaulées par des contre-forts épais, contre-butent les voûtes hautes. Ces collatéraux sont chacun presque égaux en largeur à la nef, de sorte que ce vaisseau est plutôt une grande salle à trois nefs qu’une église suivant la tradition de la basilique transformée. L’arcature porte au niveau C une sorte de balcon, ou chemin de ronde continu, qui passe derrière chacune des piles, dans l’épaisseur des contre-forts. Un seul comble à deux pentes couvre la nef et ses collatéraux. Cette construction, montée avec beaucoup de soins, est remarquable par ses belles proportions et l’heureuse concordance de toutes ses parties. Les voûtes, tracées suivant la méthode du Poitou et de l’Anjou, tiennent de la coupole et de la voûte en arcs d’ogive (voyez Voûte). Il y a dans cette composition une ampleur, une raison et une sobriété qui sont la vraie marque de la puissance chez l’artiste. Ce mélange de qualités supérieures, trop rare aujourd’hui, se retrouve dans la composition des travées de vaisseaux voûtés de 1150 à 1250, que ces vaisseaux soient destinés à un service religieux ou civil. Après la composition de la coupe transversale, en effet, c’est celle de la travée qui détermine les proportions et l’aspect de l’intérieur d’un vaisseau, avec ou sans collatéraux. Or, ces larges travées des monuments du Poitou, de l’Anjou, du Maine, de l’Angoumois, surprennent par leur disposition grandiose, bien que la plupart de ces constructions soient d’une dimension médiocre. Paraître grand est certainement une qualité pour un intérieur destiné à contenir la foule. On s’y trouve à l’aise, même quand l’espace vient matériellement à manquer. La cathédrale de Poitiers est d’une dimension mé-

  1. Voyez Cathédrale, fig. 35.
  2. Voyez Cathédrale, fig. 44 et 45, le plan et la coupe transversale de la cathédrale de Poitiers.