Page:Vivien - Cendres et poussieres 1902.djvu/33

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


SOMMEIL


Ô Sommeil, ô Mort tiède, ô musique muette !
Ton visage s’incline, éternellement las,
Et le songe fleurit à l’ombre de tes pas,
Ainsi qu’une nocturne et sombre violette.

Les parfums affaiblis et les astres décrus
Revivent dans tes mains aux pâles transparences,
Évocateur d’espoirs et vainqueur de souffrances
Qui nous rends la beauté des êtres disparus.