Page:Vivien - Dans un Coin de Violettes, 1910.djvu/115

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
111
mains sur un front de malade


Elles n’apprennent point le geste qui guérit,
Elles l’ont toujours su… Dans l’horreur de la nuit
Cette imposition très calme nous guérit…

Apaise mon grand mal, de tes mains secourables,
Tandis que l’heure glisse aux sabliers des sables,
Car le bienfait me vient de tes mains secourables !

Donne-moi ta fraîcheur et donne-moi ta paix !
Et calme le démon qui sur moi se repaît,
En signant sur mon front le geste de la paix !