Page:Vivien - Dans un Coin de Violettes, 1910.djvu/126

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


ÉMERVEILLEMENT


Avec l’étonnement de mes regards, je vis,
Le chœur des beaux rayons de lune aux tons bleuis.


Et mes regards étaient stupéfaits et ravis…
Avec mes yeux ouverts grandement je les vis.