Page:Vivien - Les Kitharèdes, 1904.djvu/44

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
28
LES KITHARÈDES

Vers qui monte l’essor des lyres inquiètes...
Elle a chanté Daphné dont les blondeurs de miel
Parfument le silence où rêvent les Poètes,
Fugitive éternelle aux lèvres sans amour !

— Ivre du vin des chants ainsi qu’une Bacchante,
Elle a loué la terre et les dieux tour à tour,
La Femme aux yeux d’amant, Korinna triomphante.

(Évocations.)