Page:Vivien - Une femme m’apparut, 1904.djvu/8

La bibliothèque libre.
Cette page a été validée par deux contributeurs.
ii

geste altier, elle se détourna et passa son chemin, les épaules nues sous le vent et la pluie.

« Garde-toi de la modération ainsi que d’autres se gardent de l’excès. Car la Prudence est le seul adversaire dangereux de l’héroïsme et du bonheur.

« Ne suis jamais un conseil, pas même l’un de ceux que je te donne. Tout être doit vivre sa vie personnelle et gagner chèrement l’expérience qui ne prouve rien.

« La seule douleur sans étoiles est celle des êtres qui souffrent de ne point souffrir.

« L’amitié est plus périlleuse que l’amour, car ses racines sont plus fortes et plus profondes que les racines de l’amour.

« La douleur d’amitié est plus amère que la douleur d’amour.

« Certains êtres aiment l’amitié comme d’autres aiment l’amour. Ils souffrent par l’amitié comme d’autres par l’amour. Ils n’ont dans leur existence qu’une seule amitié, comme d’autres n’ont qu’un seul amour. C’est à l’heure où l’amitié leur échappe qu’ils désespèrent finalement.