Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome26.djvu/206

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fanatisme. Nous nous sommes fait un devoir devant Dieu de multiplier ces secours contre le monstre qui dévore la substance d’une partie du genre humain. Ce précis de la doctrine de milord Bolingbroke, recueillie tout entière dans les six volumes de ses Œuvres posthumes, fut adressé par lui, peu d’années avant sa mort, à milord Cornsbury. Cette édition est beaucoup plus ample que la première[1] ; nous l’avons collationnée avec le manuscrit.

Nous supplions les sages, à qui nous faisons parvenir cet ouvrage si utile, d’avoir autant de discrétion que de sagesse, et de répandre la lumière sans dire de quelle main cette lumière leur est parvenue. Grand Dieu ! protégez les sages ; confondez les délateurs et les persécuteurs.


AVANT-PROPOS.

L’ambition de dominer sur les esprits est une des plus fortes passions. Un théologien, un missionnaire, un homme de parti veut conquérir comme un prince ; et il y a beaucoup plus de sectes dans le monde qu’il n’y a de souverainetés. À qui soumettrai-je mon âme ? Serai-je chrétien, parce que je serai de Londres ou de Madrid ? Serai-je musulman, parce que je serai né en Turquie ? Je ne dois penser que par moi-même et pour moi-même ; le choix d’une religion est mon plus grand intérêt. Tu adores un Dieu par Mahomet ; et toi, par le grand lama ; et toi, par le pape. Eh, malheureux ! adore un Dieu par ta propre raison.

La stupide indolence dans laquelle la plupart des hommes croupissent sur l’objet le plus important semblerait prouver qu’ils sont de misérables machines animales, dont l’instinct ne s’occupe que du moment présent. Nous traitons notre intelligence


    dans le chapitre qui était alors le xiie mais qui n’est que le xie : Quelle idée il faut se former de Jésus, etc.

    Les notes de l’Examen important sont de diverses époques. J’ai mis la date à chaque note. On verra que quelquefois la fin est de beaucoup postérieure au commencement. Lorsque j’ai eu à faire des additions à des notes, j’ai mis ces additions entre deux crochets ; ce qui est entre parenthèses est de Voltaire.

    Dans beaucoup d’éditions des Œuvres de Voltaire, à la suite de l’Examen important on a placé une Défense de milord Bolingbroke, qui n’y a aucun rapport, qui lui est antérieure de quinze ans, et que j’ai, par cette raison, mise à sa date, voyez tome XXIII, page 547). (B.)

  1. Voyez la note de la page précédente.