Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome26.djvu/398

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

les traite plus durement : elle dit qu’ils ne purent même produire des poux.

Je ne sais si tu es schoen, et si tu fais ces beaux prodiges, car on dit que tu es fort initié dans les mystères des schoen de Saint-Médard ; mais je préférerai toujours un schoen doux, modeste, honnête, à un schoen qui dit des injures à son prochain ; à un schoen qui cite souvent à faux, et qui raisonne comme il cite ; à un schoen qui pousse l’horreur jusqu’à dire que M. l’abbé Bazin entendait mal le grec, parce que son typographe a oublié un sigma, et a mis un οι pour un ει[1].

Ah ! mon fils, quand on a calomnié ainsi les morts il faut faire pénitence le reste de sa vie.



CHAPITRE XI.
du temple de tyr.

Je passe sous silence une infinité de menues méprises du schoen enragé contre mon oncle ; mais je vous demande, mon cher lecteur, la permission de vous faire remarquer comme il est malin. M. l’abbé Bazin avait dit que le temple d’Hercule, à Tyr, n’était pas des plus anciens. Les jeunes dames qui sortent de l’opéra-comique pour aller chanter à table les jolies chansons de M. Collé ; les jeunes officiers, les conseillers même de grand’chambre, messieurs les fermiers généraux, enfin tout ce qu’on appelle à Paris la bonne compagnie, se soucieront peut-être fort peu de savoir en quelle année le temple d’Hercule fut bâti. Mon oncle le savait. Son implacable persécuteur se contente de dire vaguement qu’il était aussi ancien que la ville : ce n’est pas là répondre ; il faut dire en quel temps la ville fut bâtie. C’est un point trop intéressant dans la situation présente de l’Europe. Voici les propres paroles de l’abbé Bazin (vol. XV, page 151) :

« Il est dit, dans les Annales de là Chine, que les premiers empereurs sacrifiaient dans un temple. Celui d’Hercule, à Tyr, ne paraît pas être des plus anciens. Hercule ne fut jamais, chez aucun peuple, qu’une divinité secondaire ; cependant le temple de Tyr est très-antérieur à celui de Judée. Hiram en avait un magnifique, lorsque Salomon, aidé par Hiram, bâtit le sien. Hérodote, qui voyagea chez les Tyriens, dit que, de son temps, les

  1. Voyez la note 1, tome XXV, page 232.