Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome26.djvu/461

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ESSAI

HISTORIQUE ET CRITIQUE

SUR LES DISSENSIONS

DES EGLISES DE POLOGNE^

PAR JOSEPH BOURBILLON

PROFESSEUR EN DROIT PUBLIC.

��Avant de donner au public une idée juste des différends qui divisent aujourd'hui la Pologne; avant de déférer au tribunal du genre humain la cause des dissidents grecs, romains, et protes- tants, il est nécessaire de faire voir premièrement ce que c'est que rÉglise grecque.

Il faut avouer d'abord que les Églises grecque et syriaque furent instituées les premières, et que l'Orient enseigna l'Occi- dent. Nous n'avons aucune preuve que Pierre ait été à Rome, et nous sommes sûrs qu'il resta longtemps en Syrie, et qu'il alla jusqu'à Babylone. Paul était de Tarse en Cilicie. Ses ouvrages sont écrits en grec. Nous n'avons aucun Évangile qui ne soit grec. Tous les Pères des quatre premiers siècles jusqu'à Jérôme ont été Grecs, Syriens ou Africains. Presque tous les rites de la commu- nion romaine attestent encore par leurs noms mêmes leur ori-

1. L'édition originale de cet Essai a 54 pages in-8", sous le millésime 1767. Les Mémoires secrets le citent a la date du 18 octobre. Voltaire lui-même en parle dans sa lettre a Damilaville, du 4 décembre de la même année. C'est par erreur sans doute que. jusquâ ce jour, on a imprimé, avec la date du 4 janvier 1767. une lettre à d'Argental où il en est question; cette lettre doit être du 4 janvier 1768.

Senebier. dans son Histoire littéraire de Genève, tome III, page 56, attribue à Jacob Bourdillon l'Essai sur les dissensions de Pologne, que Voltaire avait donné, comme on voit, sous le nom de Joseph Bourdillon. Je ne pouvais passer sous silence une telle faute. J'ai dû aussi donner la variante de la fin de cet écrit. (B.)

�� �