Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome28.djvu/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




DISCOURS
DE L’EMPEREUR JULIEN
CONTRE LES CHRÉTIENS
TRADUIT PAR M. LE MARQUIS D’ARGENS
AVEC DE NOUVELLES NOTES DE DIVERS AUTEURS.




AVERTISSEMENT DE BEUCHOT.

Le marquis d’Argens avait fait imprimer une traduction des fragments qu’il avait recueillis d’un ouvrage de Julien sous le titre de : Défense du paganisme par l’empereur Julien, en grec et en français, avec des dissertations et des notes pour servir d’éclaircissement au texte et pour en réfuter les erreurs, 1764, in-12 ; une réimpression fut faite en 1767. Voltaire, qui avait loué le travail de d’Argens (voyez tome XXV, page 178), revit plus tard quelques passages de la traduction de d’Argens, en supprima presque toutes les notes, en ajouta beaucoup de son chef, et fit paraître le tout sous le titre de : Discours de l’empereur Julien contre les chrétiens, traduit par M. le marquis d’Argens, avec de nouvelles notes de divers auteurs, nouvelle édition, 1768, in-8°. Il avait mis en tête : 1° un Avis au lecteur ; 2° un Portrait de l’empereur Julien (qui, sauf quelques alinéas, avait paru, en 1767, dans la sixième édition du Dictionnaire philosophique, et qui fut reproduit, sans ces alinéas, soit dans la Raison par alphabet en 1769, soit dans les éditions de Kehl, où il formait la première section de l’article Julien dans le Dictionnaire philosophique) ; 3° un Examen du Discours de l’empereur Julien contre la secte des Galiléens. Il avait ajouté à la fin du volume un Supplément au Discours de Julien.

J’ai reproduit l’ouvrage tel que Voltaire l’a fait imprimer ; comme il était superflu de donner les notes de d’Argens, j’ai supprimé même celles que Voltaire avait conservées, à l’exception d’une seule, qu’il était indispensable d’admettre.