Page:Voltaire - La Raison par alphabet, 6e édition, Cramer, 1769, tome 1.djvu/366

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
360
Inquisition.

trois carêmes dans l’année, qu’il ne boira jamais de vin, qu’il portera le san-benito avec des croix, qu’il récitera le bréviaire tous les jours, dix pater dans la journée & vingt à l’heure de minuit, qu’il gardera désormais la continence & qu’il se présentera tous les mois au curé de sa paroisse, &c. Tout cela sous peine d’être traité comme hérétique, parjure & impénitent.

Quoique Dominique soit le véritable fondateur de l’Inquisition, cependant Louis de Paramo l’un des plus respectables écrivains & des plus brillantes lumières du St. Office, rapporte au titre second de son second livre, que Dieu fut le premier instituteur du St. Office, & qu’il exerça le pouvoir des frères prêcheurs contre Adam. D’abord Adam est cité au tribunal, Adam, ubi es ? & en effet, ajoute-t-il, le défaut de citation aurait rendu la procédure de Dieu nulle.

Les habits de peau que Dieu fit à Adam & à Ève furent le modèle du san-benito que le St. Office fait porter aux hérétiques. Il est vrai que par cet argument on prouve que Dieu fut le premier tailleur ; mais il n’est pas moins évident qu’il fut le premier inquisiteur.

Adam fut privé de tous les biens immeubles qu’il possédait dans le paradis terrestre, c’est de là que le St. Office confisque les biens de tous ceux qu’il a condamnés.

Louis de Paramo remarque que les habitans de Sodome furent brûlés comme hérétiques, parce que la sodomie est une hérésie formelle. De là il passe à l’histoire des Juifs ; il y trouve partout le St. Office.