Page:Voltaire - La Raison par alphabet, 6e édition, Cramer, 1769, tome 1.djvu/51

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
45
Antitrinitaires

distingue dans une nature unique en nombre, un Père, un Fils & un St. Esprit.

Que l’explication qu’ils donnent des termes d’engendrer & de procéder n’est pas plus satisfaisante ; puisqu’elle se réduit à dire que ces termes marquent certaines relations incompréhensibles qui sont entre les trois personnes de la trinité.

Que l’on peut recueillir de-là que l’état de la question entre les orthodoxes & eux, consiste à savoir, s’il y a en Dieu trois distinctions dont on n’a aucune idée, & entre lesquelles il y a certaines relations dont on n’a point d’idées non plus.

De tout cela ils concluent qu’il serait plus sage de s’en tenir à l’autorité des Apôtres qui n’ont jamais parlé de la trinité, & de bannir à jamais de la religion tous les termes qui ne sont pas dans l’écriture, comme ceux de trinité, de personne, d’essence, d’hypostase, d’union hypostatique & personnelle, d’incarnation, de génération, de procession, & tant d’autres semblables qui étant absolument vides de sens, puisqu’ils n’ont dans la nature aucun être réel représentatif, ne peuvent exciter dans l’entendement que des notions fausses, vagues, obscures & incomplètes.

(Tiré en grande partie de l’article Unitaires de l’Encyclopédie, lequel article est de l’abbé de Bragelogne.)

Ajoutons à cet article ce que dit dom Calmet dans sa dissertation sur le passage de l’épitre de Jean l’Évangéliste, il y en a trois qui donnent témoignage en terre, l’Esprit, l’eau &