Page:Von Moltke - La Guerre de 1870.djvu/295

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LA LUTTE SOUTENUE PAR LE GRAND-DUC. 287 front très étendu. A l’aile gauche la l7° division se diri- geait sur Meung, où son artillerie engagea la lutte avec les batteries ennemies. Les Français occupaient la rangée con- tinue de fermes qui, un peu plus à l’ouest, intercepte la grande route de Beaugency. Vers 4 heures, un bataillon mecklembourgeois enleva Langlochère, mais il se vit me- nacé d`étre pris en flanc à d1·oite et à gauche par des co- lonnes ennemies qui s’avançaient. Cependant les Allemands occupèrent peu après Foinard, sur la gauche, tout en cap- turant une pièce, tandis qu’à droite la l" brigade bava- roise marchait en avant sur la Bourie. La 2* division de ca- valerie y arrivait presque en même temps ; elle avait fait un crochet par la Renardière après que ses batteries eurent refoulé l`ennemi hors du Bardon. Des masses ennemies s’avançant du Grand-Châtre, les Bavarois durent se dé- ployer pour leur faire face. Ils engagèrent, avec le con-. cours des batteries à cheval, un combat fort vif qui, à la tombée de la nuit, se termina par la retraite des Français sur Beaumont. Pendant que l’aile gauche de la subdivision d’armée sou- tenait ces divers engagements, la 1*** division bavaroise à une grande distance, à droite, s’était portée sur Baccon, la Q2' division sur Ouzouer et, vu la résistance opiniàtre qu’a- vaient opposée les Francais, le grand-duc résolut de con- centrer davantage ses forces sur la gauche. · 8 décembre. — A cet effet, la 22** division se porta en avant, le 8 décembre, d`0uzouer dans la direction du sud par Villermain. Après avoir refoulé les lignes de tirail- leurs qui à la faveur d'un épais brouillard s’étaient avancées sur son flanc gauche, le général de Wittich prit la direc- tion de Cravant, afin de joindre l’aile droite des Bavarois