Page:Walch - Anthologie des poètes français contemporains, t3.djvu/337

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



SONNET

Au divin comte.

Dans tes œuvres je vois passer des gestes fins,
Des froufrous précieux, de singuliers sourires,
De blondes pâmoisons et d’amoureux délires ;
Dans ton œuvre, François, trois siècles féminins.
Des pleurs canalisés dans de prestes satins
Et du soleil d’adieu sur les choses les pires…

— Ce sont les pages dans lesquelles tu te mires
Avec mélancolie en tes meilleurs matins.

Et, moderne Laclos, tu remplis bien ta tâche,
Honnête de Nion, cavalière moustache,

— Et tes Façades sont nos Liaisons à nous, Dangereuses combien ! — Lorsqu’il les va connaître, L’avenir curieux en frémira peut-être,

— Et puis les relira dans un tendre courroux.

(Remember.)

SONNET

Quand je vois les quartiers où coula mon enfance,

— La Madeleine, l’Arc et ce Saint-Augustin, —
Vieux de déception, mais jeune d’espérance,
Que je voudrais revivre encore mon matin !

O dimanches d’alors dans cette ville immense
Où, — pour mieux oublier mon latin, — si mutin,
J’adorais la chanson, la gloire et l’élégance
Des robes de moire, et de soie, et de satin !
Et le sourire fin de ces Parisiennes !
J’aperçois par là-bas ces fenêtres, les miennes,
Contre lesquelles j’ai rimé par des jours gris —
En regardant passer (sans doute elles sont mortes)
Des femmes vers Monceau… Souvenir, tu m’apportes
D’anciens et voilés sourires de Paris.

(Remember.)