Page:Walch - Anthologie des poètes français contemporains, t3.djvu/425

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ROBERT ARNAUD



Bibliographie. — Rabbin, roman de mœurs juives, en collaboration avec Sadia Lévy (Havard, Paris) ; — Les Dires de celui qui passe, vers (Jourdan, Alger) ; — Autour des Feux dans la Brousse, vers (Jourdan, Alger, 1899) ; — Crépuscules aux cabarets, vers (Jourdan, Alger, 1902).

M. Robert Arnaud a collaboré à la Grande France, à la Revue Franco-Musulmane et Saharienne, etc.

Né à Mustapha (Algérie) le 16 février 1873, de parents algériens, M. Robert Arnaud a passé sa jeunesse au milieu de colons de toutes provenances, « gens énergiques entre tous, » et d’indigènes dont il parle couramment la langue. Il a vécu plusieurs années à Paris, mais, pris par la nostalgie de la terre africaine, il y est retourné. Il a exploré l’Algérie en tous sens.

A Paris, il a publié, en collaboration avec M. Sadia Lévy, un roman de mœurs juives algériennes, Rabbin, qui valut à ses auteurs bien des ennuis. De retour à Alger, M. Arnaud fut nommé administrateur adjoint des affaires indigènes, et il fut envoyé, sous les ordres de son ami Coppolani, chef de mission, ramener à la France des tribus maures et touareg dissidentes qui, au nord du Soudan et à l’est de Tombouctou, créaient sans cesse des incidents sur les zones frontières. Les vaillants explorateurs rapportèrent de leur expédition pas mal d’itinéraires nouveaux ; ils avaient résolu le difficile problème de vivre dans le danger seuls et sans armes.

M. Robert Arnaud écrivit à cette époque un livre de vers : Autour des Feux dans la Brousse (1899). Ce livre avait été précédé d’un autre, d’un caractère moins violent : Les Dires de celui qui passe. Il fut suivi d’un volume de vers, écrit à Msila (Sahara constantinos), Crépuscules aux cabarets, livre violent, écrit en pleine passion.

M. Robert Arnaud signe ses vers du pseudonyme de Robert Randau. Il a écrit sous son nom des articles d’économie politique, de sociologie, etc., et des nouvelles algériennes, dont beaucoup parurent à la Grande France, des articles sur la poli-