Page:Walch - Anthologie des poètes français contemporains, t3.djvu/603

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



JEAN-LOUIS VAUDOYER

Bibliographie. — Les Compagnes du Rêve, essais et poèmes en prose (Sansot, Paris, 1906].

En Préparation : Les Deux Amants, roman ; Quarante Petits Poèmes ; Feuillets italiens ; Lys, Yolande et les autres, roman.

M. Jean-Louis Vaudoyer a collaboré à la Plume, à la Grande France, à la Renaissance Latine, à la Voix Latine, à l’Ermitage, etc. Il a fondé Les Essais.

Né au Plessis-Piquet, le 10 septembre 1883, M. Jean-Louis Vaudoyer est le fils et le descendant des célèbres architectes de ce nom. Son grand-père maternel fut l’un des fondateurs de la librairie Hachette.

Après avoir passé deux années chez un peintre-verrier, M. Vaudoyer fut attaché à la conservation du Musée des Arts décoratifs. Il débuta dans les lettres par des articles de critique d’art, publiés dans La Grande France. Puis il fonda la revue Les Essais, qui entre à présent dans sa troisième année. Cette revue, nettement hostile à l’art social, se préoccupe uniquement de littérature et d’art.

M. Vaudoyer n’a publié jusqu’à ce jour qu’un seul volume : Les Compagnes du Rêve : « Diverses et pressées, ces pages valent surtout par l’ardente gravité de la pensée, par le lyrisme des images, par je ne sais quoi d’abstrait dans l’émotion qui est le privilège des littérateurs, mais l’idée essentielle de ce petit ouvrage est presque une idée de peintre. » (E. Marsan.)

M. Vaudoyer est l’auteur d’études techniques sur l’art japonais.

Ses poèmes seront très prochainement réunis en volume.

DÉTRESSE

Puisqu’il a plu dans mon jardin,
Et que mes roses ont penché
Vers la pelouse désolée
Leurs poids de soufre et de carmin ;

Puisque mes arbres ont grandi
Jusqu’à obscurcir ma fenêtre