Page:Walch - Nouvelles Pages anthologiques, t1, 1910.djvu/37

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LOUIS DE RONCHAUD

BIBLIOGRAPHIE. — Les Heures, poèmes (1842); — Phidias, sa vie et ses œuvres (1861); — Études d’histoire politique et religieuse, le Péplos d’Athèné Parthénos (1872); Le Filleul de la Mort, fabliau en vers (1880) ; — Contes d’Automne, prose (1883); — Comédies philosophiques (1883); — Poèmes dramatiques (1883); — La Tapisserie dans l’Antiquité (1884); — Au Parthénon (1886) ; — La Mort du Centaure, drame (1886) ; — Poèmes de la Mort (1887).

Les œuvres poétiques de Louis de Ronchaud se trouvent chez Alphonse Lemerre.

Louis de Ronchaud a collaboré à la Libre Recherche, à la Revue de Paris (1856), à la Gazette des Beaux-Arts (1857), à la Revue Nationale (1863), etc.

Louis de Ronchaud, né à Lons-le-Saunier le 9 décembre 18 16, mort à Saint-Germain-en-Laye le 28 juillet 1887, débuta en 1842 par un recueil de vers : Les Heures, puis s’occupa de recherches historiques, archéologiques et littéraires. En 1872, il fut nommé inspecteur des Beaux-Arts; en 1879, secrétaire-général de l’administration des Beaux- Arts ; en 1881, directeur des Musées Nationaux.

En 1880, revenant à la poésie, il publia Le Filleul de la Mort, fabliau en vers, qui fut suivi, à quelques années d’intervalle, de deux nouveaux recueils : Poèmes dramatiques(1883) et Poèmes de la Mort (1887).

Admirateur enthousiaste de Lamartine, Louis de Ronchaud a écrit la préface de ses Mémoires inédits et celle des Manuscrits de ma mère (1871).

"Lamartine et l’art grec, a écrit M. E. Ledrain, tels furent les maîtres de Louis de Ronchaud, qui fut à la fois un