Page:Walpole - Le chateau d'Otrante, partie 1, trad Eidous, 1767.djvu/15

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
xv
PRÉFACE.

autrefois donnés à notre Poëte, quoiqu’il ait traduit deux fois le même morceau d’Hamlet, la première pour le louer, & la ſeconde pour le tourner en ridicule. Je ſuis fâché que ſon jugement s’affoibliſſe, lorſqu’il devroit ſe fortifier. Voici les paroles dont il s’eſt ſervi dans ſon Diſcours ſur le Théâtre, dans un temps où il ne ſongeoit ni à louer ni à blâmer la conduite de Shakeſpeare, & où par conſéquent il étoit impartial. Voici ce qu’il dit de la Comédie dans ſa Préface de l’Enfant Prodigue. On peut également l’appliquer à la Tragédie, s’il eſt vrai,