Page:Walpole - Le chateau d'Otrante, partie 1, trad Eidous, 1767.djvu/30

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
6
LE CHATEAU

grand qu’aucun Caſque qui eût jamais été fait pour une tête d’homme, & ſurmonté d’un panache de plumes noires d’une groſſeur proportionnée.

L’horreur de ce ſpectacle, l’ignorance où étoient les aſſiſtans de la cauſe de ce malheur, & la vue de ce phénomène effrayant, ôtèrent la parole au Prince. On crut entrevoir dans ſon ſilence quelque choſe de plus que du chagrin. Il fixa les yeux ſur un objet, qu’il ſouhaitoit en vain pouvoir regarder comme un ſonge, paroiſſant moins occupé de la perte qu’il venoit de faire, qu’enſeveli dans des réflexions profondes ſur l’objet qui l’avoit occaſionnée. Il touche, il examine le Caſque fatal, les membres ſanglans & épars du jeune Prince ne peuvent obliger Manfred à détourner les yeux du prodige dont il eſt témoin. Tous ceux qui connoiſſoient la tendreſſe pour Conrad, furent autant ſurpris de l’inſenſibilité du Prince, qu’effrayés du pro-