Page:Walpole - Le chateau d'Otrante, partie 1, trad Eidous, 1767.djvu/32

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
8
LE CHATEAU

avoit les mêmes bontés que pour ſa propre fille, & qui la payoit de retour, eut pour elle les ſoins les plus aſſidus, & partagea d’autant plus-ſincérement ſon chagrin, qu’elle avoit conçu pour elle l’affection & l’attachement le plus tendre. Cependant ſa ſituation ne laiſſoit pas que de l’occuper. La mort de Conrad n’excita d’autre mouvement en elle que celui de la commiſération, & elle ne fut point fâchée de ſe voir délivrée d’un mariage qui lui promettoit auſſi peu de bonheur de la part de ſon époux, que de celle de Manfred, dont elle connoiſſoit l’humeur ſévère, & qui, malgré l’indulgence qu’il lui témoignoit, ne pouvoit que lui déplaire par la rigueur dont il uſoit envers Hippolite & Mathilde.

Pendant que les Princeſſes s’empreſſoient à déshabiller Hippolite, Manfred reſta dans la cour du Château, plus occupé de la vue du caſque que de la foule