Page:Walpole - Le chateau d'Otrante, partie 1, trad Eidous, 1767.djvu/60

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
36
LE CHATEAU

mourir ſur le champ, ſi vous trouvez que je vous mente. Manfred s’impatientant de la fermeté & de l’indifférence du jeune homme ; dis-moi donc, homme véridique, n’eſt-ce pas la trappe que j’ai entendu ? Elle-même, reprit le jeune homme. La trappe, dit le Prince ? & comment as-tu ſu qu’il y en avoit une dans cet endroit ? J’ai apperçu la plaque de cuivre à la faveur de la Lune. Mais qui t’a dit qu’il y avoit une ſerrure ? qui eſt-ce qui t’a appris à l’ouvrir ? La Providence qui m’a retiré de deſſous le Caſque, m’a montré comment il falloit s’y prendre pour ouvrir le reſſort. Elle t’auroit rendu un meilleur ſervice, lui dit Manfred, ſi elle t’avoit mis à couvert de mon reſſentiment : après t’avoir montré le ſecret de la ſerrure, elle t’a abandonné comme un inſenſé, voyant que tu ne ſavois pas profiter de ſes faveurs. Pourquoi ne t’es-tu pas enfui ? Pourquoi as-tu fermé la trappe avant que