Page:Walpole - Le chateau d'Otrante, partie 1, trad Eidous, 1767.djvu/9

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
ix
PRÉFACE.

l’humanité, au lieu que dans les Romans, de pareils événemens ne manquent jamais d’être ſuivis d’un dialogue abſurde. Les Acteurs paroiſſent renoncer au bon ſens, du moment que les loix de la Nature perdent leur fon. Comme cet Ouvrage a mérité l’applaudiſſement du Public, l’Auteur ne craint point d’aſſurer qu’il n’a pas été au-deſſus de ſes forces, & qu’il s’eſt acquitté aſſez heureuſement de la tâche qu’il avoit entrepriſe. Au cas que des gens plus ſpirituels que lui profitent de la nouvelle route qu’il a tracée, & aillent plus loin qu’il n’a fait, il reconnoîtra avec autant de plaiſir que