Page:Weckerlin - Chansons et rondes enfantines, Garnier, 1870.djvu/132

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



IL ÉTAIT UNE BERGÈRE

(RONDE)



\relative c' { 
<<
\new Staff  {
  \clef treble
  \key a \major
  \time 6/8
  \tempo \markup \fontsize #-3 { Un poco Allegretto } 4.=100
  \override Rest #'style = #'classical
  \autoBeamOff 
  \set Staff.midiInstrument = #"piccolo"
\partial 8*1 e8 | a4 b8 cis4 b8 | a4. a4 e8 | fis4 fis8 e8 e e | fis4 fis8 e4 e8 | \break
a4 b8 cis4 b8 | a4. a4 e'8 | cis4 a8 b4 e,8 | a4 a8 a4 e'8 | cis4 a8 b4 e,8 | a4.~ a8 r8 \bar "||" \break
}
\addlyrics {
Il é- tait un ber- gè- re, Et ron ron ron, Pe- tit pa- ta- pon, Il 
é- tait un ber- gè- re Qui gar- dait ses mou- tons, ron ron, Qui gar- dait ses mou- tons. 
}
\new Staff  {
  \clef treble
  \key a \major
  \time 6/8
  \override Rest #'style = #'classical
\partial 8*1 e8 | << { \stemDown a4 b8 cis4 b8  } \\ { \stemUp e2. } >>| a,4 e'8 a,4 e8 | fis4 fis'8 e4 e,8 | fis4 fis'8 e4 e,8 | \break
a4 b8 cis4 b8 | a4. a4 e'8 | cis4 a8 b4 e,8 | a4 a8 a4 e'8 | cis4 a8 b4 e,8 | a4.~ a8 r8   \bar "||" \break
}
\new Staff  {
  \clef bass
  \key a \major
  \time 6/8
  \override Rest #'style = #'classical
\partial 8*1 r8 | << {  cis,4 d8 e4 d8  } \\ { a2. } >> |< a cis>4.~ < a cis>4 r8 | << {  d4.( cis4.  } \\ { a2.( } >> | << {  bis4. cis4)  } \\ { a4.)~ a4 } >> r8 | \break
<fis cis'>4. <gis d' e>4. | <a cis>4( <b d>8 <cis e>4 <b d>8) | <a cis>4 r8 <e gis d'>4 r8 | <a cis>4 r8  r4 r8 | <e a cis>4 r8 <e gis d'>4 r8 | <a cis>4.~ <a cis>8 r8 \bar "||" \break
}
>>
}



Elle fit un fromage,
Et ron ron ron, petit patapon,
Elle fit un fromage
Du lait de ses moutons,
Ron ron,
Du lait de ses moutons.

Le chat qui la regarde,
Et ron ron ron, petit patapon,
Le chat qui la regarde
D’un petit air fripon,
Ron ron,
D’un petit air fripon.

Si tu y mets la patte,
Et ron ron ron, petit patapon,
Si tu y mets la patte,
Tu auras du bâton,
Ron ron,
Tu auras du bâton.
 
Il n’y mit pas la patte,
Et ron ron ron, petit patapon,
Il n’y mit pas la patte,
Il y mit le menton,
Ron ron,
Il y mit le menton.

[1]


  1. xxLa conclusion de cette chanson nous a toujours semblé féroce ; après tout, la bergère n’a promis que des coups de bâton, il faudrait donc dire :

    La bergère en colère
    Battit son p’tit chaton.


    Il existe aussi une variante qui dit :

    Ell’ s’en fut à confesse
    Vers le père Grignon.


    Celle que nous donnons comme la plus répandue est aussi la plus convenable du moment où l’on admet le trépassement du pauvre chaton. Cette chanson peut être classée parmi les rondes, car les fillettes la chantent généralement en dansant en rond.