Page:Weckerlin - Chansons et rondes enfantines, Garnier, 1870.djvu/34

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



SUR LE PONT D’AVIGNON

(CHANSON MIMÉE)



\relative c' { 
<<
\new Staff  {
  \clef treble
  \key g\major
  \time 2/4
  \tempo \markup \fontsize #-1 { Allegretto. }
  \override Rest #'style = #'classical
  \autoBeamOff 
  \set Staff.midiInstrument = #"piccolo"
g'8^>\f g g4 | a8^> a a4 | b8. c16 d8 g, | fis8. g16 a8 d, | \break
g8^> g g4 | a8^> a a4 | b8. c16 d8 g, | a fis g r8^\markup \fontsize #-1 \halign #-2 {FIN}  \bar  "||" \break
g8. g16 g8 g | a4^> g8 r8 | g8. g16 g8 g | a4^> g8 r8  \bar "||" \mark \markup \fontsize #-2 {D.C.} \break
}
\addlyrics {
Sur le pont d’A- vi- gnon,
L’on y pas- se, l’on y dan- se,
Sur le pont d’A- vi- gnon,
L’on y dan- se tout en rond.
Les mes- sieurs font comm’ \markup { \concat { "ça, " { \teeny \raise #0.6 (1) }}}
Les da- mes font comm’ \markup { \concat { "ça " { \teeny \raise #0.6 (2) } …}}
}
\new Staff  {
  \clef treble
  \key g\major
  \time 2/4
  \override Rest #'style = #'classical
<g d b>8[ <g d b>] <g d b> r8 | <a fis d>[ <a fis d>] <a fis d> r8 | << { b8.[ c16] d8[ g,]  } \\ { d4~ d8 r8 } >> | << { fis8.[ g16] a8[ d,]  } \\ { d4~ d8 r8 } >> | \break
<g d b>8[ <g d b>] <g d b> r8 | <a fis d>[ <a fis d>] <a fis d> r8 | << { b8.[ c16] d8[ g,]  } \\ { d4~ d8 r8 } >> | <a' e c>8[ <fis d c>] <g d b> r8 \bar  "||" \break
<g d>8.[ <g d>16] <g d>8[ <g d>] | << { a4^>( g8) } \\ { e4( d8) } >> r8 | <g bes,>8.[ <g bes,>16] <g bes,>8[ <g bes,>] |  << { a4^>( g8) } \\ { c,4( bes8) } >> r8
 \bar "||" \break
}
\new Staff  {
  \clef bass
  \key g\major
  \time 2/4
  \override Rest #'style = #'classical
g,8[ d'] g r8 | d,[ a'] d r8 | g8.[ a16] b8 r8 | << { a8.[ b16] c8 } \\ { d,4~ d8 } >> r8 | \break
e,8[ b'] e r8 | d,[ a'] d r8 |g8.[ a16] b8 r8 | c,[ d] g r8  \bar "||" \break
b8.[ b16] b8[ b8] | c4->( b8) r8 | <ees, g>8.[ <ees g>16] <ees g>8[ <ees g>] | <ees fis!>4->( <ees g>8) r8 \bar "||" \break
}
>>
}


(1) On salue du chapeau.
(2) On fait une révérence.



Parmi les variantes que nous avons recueillies pour les quatre dernières mesures, nous mentionnerons : Les abbés font comm’ ça (simple inclination de tête) ; les soldats font comm’ ça (salut militaire) ; les buveurs font comm’ ça (en dodelinant de la tête) ; les gamins font comm’ ça (un pied de nez).

Cette chanson a été transplantée au Canada, nous la trouvons dans l’intéressante collection de M. Gagnon. On l’a publiée maintes fois en France, mais généralement avec un rythme travesti, en prenant les deux premières notes pour un temps levé, ce qui fait tomber à faux les temps forts.