Page:Wells Ile du Docteur Moreau 1896.djvu/25

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
13
l’île du docteur moreau

ment, me fit tressaillir. Elle se projetait en avant d’une façon qui faisait penser à un museau, et son immense bouche à demi ouverte montrait deux rangées de dents blanches plus grandes que je n’en avais jamais vu dans aucune bouche humaine. Ses yeux étaient injectés de sang, avec un cercle de blanc extrêmement étroit autour des pupilles fauves. Il y avait sur toute cette figure une bizarre expression d’inquiétude et de surexcitation.

— Que le diable l’emporte ! Il est toujours dans le chemin, dit Montgomery.

L’homme s’écarta sans un mot. Je montait jusqu’au capot, suivant des yeux malgré moi l’étrange face. Montgomery resta en bas un instant.

— Tu n’as rien à faire ici. Ta place est à l’avant, dit-il d’un ton autoritaire.

— Euh !… Euh !… Ils… ne veulent pas de moi à l’avant, balbutia l’homme à la face noire, en tremblant. Il parlait lentement, avec quelque chose de rauque dans la voix.

— Ils ne veulent pas de toi à l’avant ! Mais je te commande d’y aller, moi ! cria Montgomery sur un ton menaçant.

Il était sur le point d’ajouter quelque chose, lorsque, m’apercevant, il me suivit sur l’échelle. Je