Page:Wilde - La Maison de la courtisane, trad. Savine, 1919.djvu/49

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LA SPHINGE