Page:Wilde - Le portrait de Dorian Gray, 1895.djvu/151

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
145
DE DORIAN GRAY

de lui, pourquoi est-ce que je ne puis sentir cette tragédie comme je voudrais le faire ; je ne suis pas sans cœur, n’est-ce pas ?

— Vous avez fait trop de folies durant la dernière quinzaine pour qu’il vous soit permis de vous croire ainsi, Dorian, répondit lord Henry avec son doux et mélancolique sourire.

Le jeune homme fronça les sourcils.

— Je n’aime point cette explication, Harry, reprit-il, mais cela me fait plaisir d’apprendre que vous ne me croyez pas sans cœur ; je ne le suis vraiment pas, je le sais… Et cependant je me rends compte que je ne suis affecté par cette chose comme je le devrais être ; elle me semble simplement être le merveilleux épilogue d’un merveilleux drame. Cela a toute la beauté terrible d’une tragédie grecque, une tragédie dans laquelle j’ai pris une grande part, mais dans laquelle je ne fus point blessé.

— Oui, en vérité, c’est une question intéressante, dit lord Henry qui trouvait un plaisir exquis à jouer sur l’égoïsme inconscient de l’adolescent, une question extrêmement intéressante… Je m’imagine que la seule explication en est celle-ci. Il arrive souvent que les véritables tragédies de la vie se passent d’une manière si peu artistique qu’elles nous blessent par leur violence crue, leur incohérence absolue, leur absurde besoin de signifier quelque chose, leur entier manque de style. Elles nous affectent tout ainsi que la vulgarité ; elles nous donnent une impression de la pure force brutale et nous nous révoltons contre cela. Parfois, cependant, une tragédie possédant des éléments artistiques de beauté, traverse notre vie ; si ces éléments de beauté sont réels, elle en appelle à nos sens de l’effet dramatique. Nous nous